Aller à : navigation, rechercher

Chili

Révision datée du 16 décembre 2014 à 11:33 par Lily (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Chili
Armoiries du chili.png
Ratification de la Convention pour la sauvegarde du Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : 10 décembre 2008
Programmes, projets et activités inscrits au Registre des meilleures pratiques de sauvegarde
La sauvegarde du patrimoine culturel immatériel des communautés Aymara de la Bolivie, du Chili et du Pérou (2009)
Éléments inscrits sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité
Le baile chino (2014)
Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine immatériel en Amérique latine (CRESPIAL)
(Centre de catégorie 2)
Assistance financière de l'UNESCO : en 2008, 7 500 dollars


La protection du PCI au Chili avant la ratification de la Convention

L’article 19 (1) de la Constitution politique de la République du Chili[1]confie à l’État l’obligation de protéger et promouvoir le patrimoine culturel du Chili. Le décret nº0127 du 3 avril 2001 attribue à la Commission nationale consultative du PCI (comision asesora nacional de patrimonio cultural oral e intangible) la mission d’assister le Ministère de l’éducation en matière de protection, de valorisation et de revitalisation des espaces culturels et des éléments du patrimoine culturel immatériel (PCI).

La loi nº19.891 du 23 août 2003 crée le Conseil national de la Culture et des Arts, Consejo Nacional de la Cultura y las Artes (CNCA). Le CNCA est responsable de la mise en œuvre des politiques publiques en matière de culture.

La résolution nº04810 du 14 novembre 2008 a mis en place le registre national des artistes populaires urbains [2].

Le Chili a aussi une législation développée protégeant la culture de plusieurs peuples autochtones chiliens, comme les Rapanuis par exemple. Des académies ont été créées pour protéger les langues des Rapanuis, des Aymars et des Mapuches.

La mise en œuvre de la Convention au Chili

La résolution nº2568 du 19 juin 2012 établit l’inventaire du PCI chilien en conformité avec la Convention pour la sauvegarde du PCI[3]. La politique culturelle du Chili pour les années 2011-2016 consacre un 13e point au PCI.

Le système des trésors humains vivants chiliens

Le Chili a mis en place en 2009 un système de trésors humains vivants. En 2009, le CNCA a initié le programme Tesoros humanos vivos. Un comité d’experts indépendants du CNCA évalue et sélectionne les candidats.

Le programme est conçu en trois temps :

  1. la reconnaissance,
  2. l’enregistrement,
  3. la transmission.

Un inventaire a été dressé des lauréats. Il est organisé par année d’attribution du titre. Il est consultable à l’adresse suivante : http://seccion.portalpatrimonio.cl/programas/thv/ (consulté le 5 novembre 2013).

Le système participatif d'identification des éléments du PCI

L’inventaire du PCI au Chili a été précédé par un système participatif d’identification des éléments du PCI. Dès 2009, la mise en œuvre de la Convention pour la sauvegarde du PCI a été initiée par la mise en ligne du système d’information de gestion du patrimoine, Sistema de Información para la Gestión Patrimonial (SIGPA).

L’objectif du SIGPA est d’identifier et de documenter les manifestations et les éléments du PCI chilien. Ce système est conçu comme un réseau social collaboratif. Les détenteurs, les communautés locales, les étudiants, les chercheurs et la communauté nationale sont placés au cœur du système SIGPA. Le système est placé sous l’autorité de la section du patrimoine culturel du Département de la citoyenneté et de la Culture du CNCA.

Le SIGPA ventile les domaines du PCI retenus par l’Unesco en différents sous-domaines.

Tableau de concordance des domaines du PCI
Unesco SIGPA
Les traditions et les expressions orales La littérature orale et les langues vernaculaires et locales
Les pratiques sociales, rituelles et les événements festifs Les fêtes et festivals, les danses religieuses, les pratiques musicales, les jeux et les sports traditionnels
Les connaissances et pratiques concernant la nature et l’Univers La médecine traditionnelle et l’herboristerie, l’élevage et le travail de la terre, la minéralogie, les techniques de chasse et de pêche traditionnelles, la cuisine et les systèmes culinaires
Les savoir-faire liés à l’artisanat et/ou à l’industrie L’artisanat traditionnel et les techniques de construction traditionnelles

Le SIGPA se double d’un wiki.

La résolution nº2568 du 19 juin 2012 initie et place l’inventaire du PCI chilien sous l’autorité du CNCA et de son directeur[4]. L’inventaire est géré, comme le SIGPA, par la section du patrimoine culturel du Département de la citoyenneté et de la Culture du CNCA[5]. Chaque année l’inventaire est examiné par le même comité d’experts indépendants du CNCA qui procède à la sélection des Tesoros humanos vivos. Ce comité choisit parmi les éléments inscrits à l’inventaire ceux qui seront endossés par le Chili pour faire l’objet d’une candidature pour une inscription sur l’une des Listes Unesco[6]. Une décision administrative formalise la liste des éléments du PCI soumis à une candidature Unesco[7].

Une journée du patrimoine culturel existe au Chili depuis l’an 2000. Depuis les années 2003 et 2004 elle intègre aussi le PCI (en 2007 avec le thème des langues autochtones, en 2008 celui de la gastronomie traditionnelle et en 2009 celui de la musique traditionnelle).

Annexes

Notes et références

  1. adoptée le 11 septembre 1980
  2. Le registre national des artistes populaires urbains est accessible à l’URL suivante : http://renap.portalpatrimonio.cl/
  3. Une traduction en anglais de cette résolution est incluse dans le dossier de candidature de 2014 pour l’inscription du Baille Chino, p. 31-33 disponible sur : http://www.unesco.org/culture/ich/doc/download.php?versionID=21300 (consulté le 5 novembre 2013)
  4. Article 2 de la résolution nº2568 du 19 juin 2012
  5. Ibid.
  6. Ibid.
  7. Ibid.

Bibliographie

Liens externes